Notre impact sur le climat en 2022

Pour poursuivre nos efforts de réduction de notre empreinte environnementale, nous avons fixé des objectifs climatiques dans les trois champs d’application du GHG Protocol et conformément à l’Accord de Paris. Nous avons calculé nos émissions de carbone dans les champs d’application 1 et 2 depuis 2018, et dans les trois champs d’application depuis 2020.

Nos calculs climatiques pour 2022 montrent une réduction des émissions de 8 % par rapport à l’année de référence (2018) dans les champs d’application 1 et 2, mais une augmentation significative de 39 % par rapport à l’année de référence (2020) dans le champ d’application 3. Cette augmentation est principalement due à une forte croissance globale des ventes et à une augmentation importante des niveaux d’approvisionnement. Les émissions de production par produit acheté ont toutefois été réduites de 15 % par rapport à l’année de référence (2020), en grande partie grâce à l’augmentation de la part des énergies renouvelables au sein de la chaîne d’approvisionnement.

Les calculs pour 2022 montrent que 1 % de nos émissions proviennent des champs d’application 1 et 2, tandis que 99 % des émissions proviennent du champ d’application 3. Les émissions des champs d’application 1 et 2 se sont élevées à 673 tonnes de CO2e en 2022, ce qui représente une réduction de 8 % par rapport à notre année de référence (2018). La majorité des émissions (69 %) provient des véhicules utilisés par nos organisations de vente. Étant donné que nous sommes en train d’électrifier le parc automobile conformément à la politique de Hultafors Group en matière de véhicules, nous visons à réduire ces émissions de manière significative. Seulement 1 % des émissions proviennent de l’achat d’électricité, cela grâce à la part importante d’électricité renouvelable (97 %) utilisée sur l’ensemble de nos sites.

Étant donné que 99 % des émissions de Snickers Workwear sont liées au champ d’application 3, nous devons collaborer étroitement avec nos partenaires, nos fournisseurs et notre clientèle afin de les réduire de manière significative. En 2022, les émissions du champ d’application 3 s’élevaient à 59 466 tonnes de CO2e, soit une augmentation de 39 % par rapport à la référence. Cette augmentation s’explique en partie par la poursuite d’une forte croissance des ventes, mais également par l’augmentation de nos niveaux de stocks afin de pouvoir répondre à la demande des clients après la pandémie. Lorsque les perturbations liées à la pandémie, notamment les fermetures d’usines et les problèmes logistiques, se sont atténuées fin 2022, les délais de la chaîne d’approvisionnement se sont rapidement allongés, ce qui a entraîné une augmentation des niveaux de stocks et donc des émissions. Note positive, les calculs indiquent une réduction de 15 % par rapport au niveau de référence des émissions de production par produit acheté [kg CO2e/produit acheté].

La diminution des émissions peut être attribuée à une part plus élevée de sources d’énergie renouvelables dans la chaîne d’approvisionnement, ainsi qu’à une modification de nos achats, en faveur d’une plus grande quantité d’articles à plus faibles émissions. Pas moins de 93 % des émissions liées au champ d’application 3 sont issues de l’achat de biens et de services, et la plus grande partie de cet impact provient de la production de tissus et de l’extraction de matières premières. La grande majorité des émissions se produit lors du traitement par voie humide, un procédé très énergivore utilisé pour fabriquer des textiles. Grâce à une communication directe avec tous les fournisseurs de matériaux, à des pratiques d’achat établies, ainsi qu’à un partenariat et une stratégie de chaîne d’approvisionnement solides à long terme, nous avons déjà nettement progressé vers notre objectif de réduction de l’empreinte écologique. Toutefois, la transparence et la coopération continue avec les producteurs de vêtements et de matières premières seront cruciales pour parvenir à de nouvelles réductions substantielles des émissions de gaz à effet de serre.

Pour 2022, la part des données primaires prises en compte dans le calcul des GES a augmenté considérablement. L’impact obtenu en calculant à partir de données primaires plutôt que de moyennes mondiales reflète le scénario réel dans la chaîne d’approvisionnement de Snickers Workwear. Les données primaires constituent la base du dialogue sur le changement dans la chaîne d’approvisionnement. Tout changement d’impact effectué au niveau du producteur est répercuté dans le rapport climatique de la marque. Le principal potentiel de réduction de l’impact de Snickers Workwear au sein de la chaîne d’approvisionnement réside dans l’amélioration de l’efficacité énergétique et la transition vers les énergies renouvelables. Ces deux axes d’amélioration nécessitent des transitions complexes et longues, et les effets de tout changement pourront être mesurés et documentés uniquement dans l’année qui suit leur mise en œuvre.

Feuille de route de la réduction

Au cours du dernier trimestre 2022, nous avons lancé une analyse approfondie afin de quantifier les réductions nécessaires en vue d’atteindre notre objectif climatique à l’aide d’un modèle de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Le résultat servira de document de pilotage important : il fournira une base pour établir les priorités, identifier les risques, les défis et les opportunités, et deviendra avant tout un outil au service des travaux en cours dans le cadre de notre stratégie climatique.

Explication des champs d’application 1, 2 et 3

DIRECT : CHAMP D’APPLICATION 1 Les émissions de GES proviennent de sources gérées par l’entreprise.

INDIRECT : CHAMP D’APPLICATION 2 Les émissions de GES provenant de la production de l’énergie achetée par l’entreprise.

SUPPLÉMENTAIRE : CHAMP D’APPLICATION 3 Les émissions indirectes de GES provenant de la chaîne de valeur de l’entreprise.